Jean-Louis Sauzade

Homme, de sexe plutôt masculin. Porte volontiers, par paresse et poids des ans, une barbe poivre et sel, accompagnée de quelques kilos en trop. Châtie sa vue et corrige ses propos. Et inversement.

A longtemps sévi dans les cours d’école, et accessoirement dans les classes (surtout l’hiver). S’est trouvé retraité sans l’avoir vraiment cherché, mais en apprécie l’état et les libertés qui vont avec, quoique le temps lui manque encore ici et là.

S’intéresse de près au théâtre : jeu, mise en scène, écriture, décors, verre de l’amitié après le spectacle, et bien entendu à ce qui se fait ailleurs, chez les pros comme les amateurs.

Anime des ateliers d’écriture avec délectation, pugnacité, régularité aléatoire, frénésie, enthousiasme et des adultes.

S’occupe encore un peu de pédagogie coopérative ici, là-bas, ailleurs, et y croit.

Se réfère volontiers à ses vigoureuses origines vigneronnes vauclusiennes en se déclarant citoyen des Côtes du Rhône.

Bavarde, mais écoute aussi. Aime les hommes qui créent de la beauté, et les déteste quand ils se barbarisent.